Image_1Localisation. Jusqu'en 1790 s'élévait à l'angle de la rue du Temple (n°61) et de la rue Geoffroy-l'Angevin le couvent de Sainte-Avoie. On a figuré  le couvent en rouge sur les deux plans ci-contre et ci-dessous.  Sur le plan de Truschet et Hoyau ci-dessous, dit plan de Bâle, vers 1552, le nord est  à gauche.

La fondation du couvent. Le couvent de Sainte-Avoie avait été fondé en 1288, par le curé de l'église Saint-Merri qui acheta dans cette rue une maison afin d'y créer une communauté de veuves pauvres. On se trouvait non loin de l'enceinte de Philippe-Auguste qui passait au niveau du n°69 de la rue du Temple. On dédia ce couvent à sainte Avoie, nom français de Sainte-Hedwige (+1243), fondatrice du couvent des cisterciennes de Trezbnica en Pologne.

Les Ursulines. En 1622, le couvent passa à l'ordre des Ursulines. ste_avoie_baleLes immeubles voisins aux n°67 et n°69 de la rue du Temple, datant respectivement du règne de Louis XVI et de 1522, appartenaient au couvent ; à la différence de ce dernier, leurs façades n'ont pas été détruites. En effet, supprimé en 1790, le couvent fut vendu et transformé en habitations particulières puis détruit par le percement de la rue Rambuteau en 1838.

 

Bibliographie :

Danielle CHADYCH, Le Marais, évolution d'un paysage urbain, Paris, Parigramme, 2005.