plan_saint_paulL'église Saint-Paul-des-Champs. Aux n°30-32 de la rue Saint-Paul s'élévait jusqu'à la fin du XVIIIe siècle l'église Saint-Paul-des-Champs. Sa fondation remonte à l'époque mérovingienne. Il s'agissait à l'origine d'une chapelle dédiée à saint Paul, créée vers 632-642, qui jouxtait le cimetière du même nom où étaient enterrées les religieuses du couvent Saint-Eloi fondé sur l'île de la Cité au VIIe siècle (les inhumations sur l'île étaient alors interdites). Des sarcophages mérovingiens retrouvés rue Neuve-Saint-Pierre témoignent de cette époque. On ne sait pas quand la chapelle fut remplacée par l'église proprement dite. Un bourg se constitua autour de l'église, située au milieu de champs cultivés, d'où son nom de Saint-Paul-des-Champs. Elle devint église paroissiale en 1125 car le bourg s'était peuplé. La construction de la muraille de Philippe-Auguste (qui passait légèrement à l'ouest de l'actuelle rue des Jardins-Saint-Paul) divisa la paroisse en deux. Mais à la fin du XIVe siècle, tout le quartier Saint-Paul fut inclus dans l'enceinte de Charles V et se développa avec l'installation du roi à l'hôtel Saint-Pol Image_2(voisin de l'église). Tous les enfants de Charles V et une partie de ceux de Charles VI furent baptisés à Saint-Paul-des-Champs. En 1430-31, l'église fut reconstruite. Elle était dotée d'un haut pignon donnant sur la rue Saint-Paul flanqué à gauche d'une tour carrée (voir ci-contre à droite le plan de Truschet et Hoyau, dit plan de Bâle, vers 1550, et ci-dessous le plan dit de Turgot, vers 1739 : sur ces deux plans, le nord est à gauche ; l'église est en vert, le cimetière en bleu).

 

st_paul_turgotLe cimetière. Le cimetière Saint-Paul s'étendait derrière l'église, au niveau des n°5 à 17 de l'actuelle rue Neuve Saint-Pierre. Deux ruelles, le cul-de-sac Saint Eloi (actuelle rue Neuve Saint-Pierre) et le cul-de-sac Saint-Paul (actuelle rue de l'Hôtel Saint-Pol) permettaient d'y accéder respectivement depuis la rue Saint-Paul et la rue Saint-Antoine. Ce cimetière mesurait 60m sur 40m, ce qui en faisait le second cimetière de Paris par sa taille, après celui des Saints-Innocents. Il servit de lieu d'inhumation du VIIe au XVIIIe siècle. Sur ses côtés nord, sud et est, le cimetière était entourée de galeries qui servaient de charniers et étaient bordées de chapelles.

 

st_paul_1La destruction. En 1796, l'église et le cimetière Saint-Paul furent vendus puis détruits. Il n'en reste rien aujoud'hui si ce n'est un pan de mur de la tour carrée de l'église, visible sur le flan gauche de la façade du n°32 rue Saint-Paul (photo ci-contre).

 

Bibliographie

Danielle CHADYCH, Le Marais, évolution d'un paysage urbain, Paris, Parigramme, 2005.